Chez Lulu // 42 000 Saint-Étienne

Il est désormais temps de nous présenter nous-même, les Lulu, c’est à dire les bénévoles du café associatif « Chez Lulu » de l’association Électron Libre.

Après avoir organisé quelques fêtes gastro-culturo-déglingos à droite à gauche dans Sainté, (sous l’association Électron libre, ELLI en raccourci) une petite bande de copains épicuriens décidèrent de louer un pas de porte dans un centre-ville de Saint-Étienne où les boutiques désaffectées pullulaient comme jamais, pour avoir un lieu à eux où recevoir et partager. C’est dans la rue du jeu de l’Arc, tout à côté de la place Jules Guesde, et du mythique Entrepôt, phare historique de la scène underground stéphanoise et de son pape, le Daniel hardcore d’Extremadure, que se trouvait une ancienne boutique d’antiquaire nommée « Lulu » depuis peu vacante. Coquin de sort, la grand-mère d’un des fondateurs du café, qui venez de tirer sa révérence, et dont on avait récupéré notre premier mobilier pour le projet de café, s’appelait elle aussi « Lulu ». Nous y avons vu un clin d’œil du destin, une façon de monter en marche dans le train de plusieurs souvenirs mêlés et de cycles à ne pas interrompre, ce serait le nom du café.

Entre temps, encore jeunes padawans de la quille, une évidence s’imposait de plus en plus à nous : le vin nature c’est bigrement bon et convivial et ça permet, bien davantage que d’autres boissons, au trentenaire gourmand de ne pas faire du plaisir une punition. Hors des productions standardisées de l’agro-industrie, ce fut l’occasion de la découverte d’un continent aromatique. Et puis surtout, avec des visites et excursions « à la source », une foule de salons explosant alors tous azimuts (la « sainte » Remise, Glaine, les Débouchés, etc…) nous avons de plus en plus rencontré les vignerons, les hommes et les femmes, ces alchimistes, aux petites mains laborieuses mais au grand cœur, hurluberlus inspirés bien souvent bosseurs acharnés, qui emprisonnaient tout ce bonheur en flacon. Sur le modèle éprouvé et séculaire des buvettes d’amicales stéphanoises, c’était eux qu’on voulait mettre en avant, et ce faisant, ils nous permettraient en retour de faire vivre le café de façon complètement indépendante et d’organiser concert, expo, repas, dégustation toute l’année comme il nous chante.

6 années donc que trois soirées par semaine (du mercredi au vendredi), un collège en perpétuel renouvellement d’une bonne vingtaine de belles âmes actives bénévoles de l’association se relayent au café pour tenir le lieu et le faire vivre. 6 années que le café affiche en permanence une quinzaine de vins différents au verre entre 2 et 4 euros, et tente de sensibiliser les stéphanois de tous poils à la torchabilité incomparable de ces vrais jus d’artisans (près de 500 cuvées, pour 300 vignerons). L’organisation du salon, qui nous trottait dans la tête depuis un moment, est donc pour les Lulu l’occasion de remercier tous ces vignerons, souvent devenus entre-temps de bons copains, pour tout le plaisir qu’ils nous ont procuré, pour tous ces moments de partage et de vie qu’ils ont permis et qu’on leur doit.

Alors, amis, on vous attend, venez avec nous nombreux célébrer l’amitié et le bon vin avec nous en fuchinant sec ce prochain samedi 18 mai à Ursa Minor !

Santé Sainté tsé !